UA-199771119-1
 
Rechercher

Qu'est ce que le blues hivernal?

Le blues hivernal est un trouble apparaissant majoritairement lorsque les journées raccourcissent, vers l’automne. Il peut continuer durant tout l’automne et l’hiver.





Qui est concerné ?


Près de 10% de la population souffre du blues hivernal. Les personnes les plus atteintes sont la population féminine, mais aussi les enfants et les personnes âgées.


Comment se manifeste le blues hivernal ?


Le blues hivernal se manifeste par différents symptômes...

> Une fatigue intense.

> Difficultés à se concentrer et à fournir des efforts.

> Prise de poids.

> Envie d’une nourriture grasse et sucrée.

> Irritabilité et sautes d’humeur.


Pourquoi le blues hivernal ?




Les raisons qui entraînent le blues hivernal ne sont pas encore clairement établies. Toutefois, il semblerait que la baisse de l’intensité lumineuse durant la journée, soit bien à l’origine de ce blues. Des mécanismes biochimiques sont à la base de l’état de veille et de sommeil de chaque être humain. Un déséquilibre de ces molécules serait la raison de cet état.


Qu’est-ce que l’horloge biologique ?


Comme son nom l’indique, il s’agit d’une véritable horloge qui vous prévient des moments où il vous faut dormir et/ou vous réveiller. C’est ce qu’on appelle le rythme nycthéméral pour indiquer l’alternance jour/nuit.


Mélatonine et sérotonine

L’équilibre de l’horloge biologique est intimement lié à deux molécules fabriquées par le cerveau, nommées neurotransmetteurs. Les sécrétions de sérotonine et de mélatonine sont à l’origine de votre état de veille et de sommeil.


Si l’une d’elle a un taux plus ou moins élevé que ce qui est initialement prévu, cela provoque un déséquilibre, et on peut observer les symptômes du blues de l’hiver. Or la mélatonine est fabriquée lorsque la luminosité baisse, et à l’inverse la sérotonine qui est la molécule du bien-être est fabriquée durant la journée. C’est ainsi que lorsque les journées raccourcissent, peut se manifester cet état de blues par rupture de l’équilibre entre la mélatonine et la sérotonine.


Pour établir un diagnostic de blues hivernal, on peut s'adresser à un médecin généraliste ou à un spécialiste (psychiatre). Il s'assure qu'il ne s'agit pas d'un problème plus grave, comme une véritable dépression saisonnière. Ou d'un autre problème : anxiété, angoisses, dépression...




La dépression saisonnière est une vraie forme de dépression qui s’installe dès le début de l’automne, et qui peut durer jusqu’à l’arrivée du printemps et des beaux jours qui l’accompagnent. Etant liée à la saison, c’est pour cette raison, que l’on parle de dépression saisonnière.


Comment reconnaître une dépression saisonnière ?


Les signes d’une dépression saisonnière sont les mêmes qu’une dépression "classique", à la différence que la cause est bien identifiée, puisqu’elle survient toujours à la fin de l’été.


> Difficultés de concentration.

> Difficultés à fournir des efforts.

> Difficultés à prendre les (bonnes) décisions.

> Tout paraît insurmontable.

> Crise de larmes, sans avoir forcément une raison.

> Troubles de l’appétit : manque ou au contraire envie de se « remplir » de nourriture réconfortante.

> Irritabilité, chagrin, tristesse.

> Un grand repli sur soi. La solitude est recherchée, et en même temps, elle est douloureuse.


Différence entre dépression saisonnière et blues hivernal


Par l’intensité du trouble. Lorsqu’une personne est atteinte du blues hivernal, son état ne s’aggrave pas au point de ne plus être capable de vaquer à ses occupations quotidiennes.


En revanche, le sentiment de mal-être qui apparaît en cas de dépression saisonnière, correspond tout à fait à celui d’une vraie dépression, avec tout ce que cela implique comme effets parallèles.


Les personnes souffrant de dépression saisonnière doivent être traitées comme une vraie dépression et non pas comme une déprime passagère.




Différence entre dépression saisonnière et dépression classique


Seul votre médecin pourra vous orienter vers un diagnostic sûr. Pour évoquer la dépression saisonnière, il faut avoir eu au moins deux épisodes de dépressions qui se sont suivis d’une année sur l’autre, au début de l’automne ou de l’hiver, obligatoirement interrompus par l’arrêt de cette dépression durant l’été.



Etre aidé(e) par la luminothérapie ?


La lumière est essentielle à toute forme de vie, et son effet sur le moral et la santé a depuis longtemps été prouvé. La luminothérapie est un traitement qui consiste à s’exposer à une lumière artificielle de façon répétée et régulière, de manière à combler un manque de luminosité (hiver, travail en bureau…).


Les lampes utilisées pour la luminothérapie se présentent sous forme d’un panneau rectangulaire d’une cinquantaine de centimètres de haut, qui se place sur une table, un bureau ou contre un mur.


Assez largement utilisée dans les pays scandinaves où l’intensité lumineuse est très basse au cours de l’hiver, la luminothérapie fait quelques adeptes en France.


Soigner la dépression saisonnière


Environ 30 minutes par jour de luminothérapie suffisent, en général, pour soigner une dépression saisonnière. Toutefois, il est possible que votre médecin accompagne cette photothérapie d’une prise de médicaments, qui peuvent prendre la forme de simples vitamines ou d’anti-dépresseurs.


8 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout