UA-199771119-1
top of page
Rechercher

Maladie de parkinson troubles du comportement

La maladie de Parkinson est une affection neurologique progressive qui affecte le mouvement et la coordination du corps. En plus des symptômes moteurs tels que les tremblements, la rigidité musculaire et la lenteur des mouvements, la maladie de Parkinson peut également entraîner des troubles du comportement chez certaines personnes. Ces troubles du comportement sont généralement liés aux changements dans le cerveau dus à la maladie et peuvent varier d'une personne à l'autre. Voici quelques troubles du comportement courants associés à la maladie de Parkinson :

  1. Dépression : la dépression est fréquente chez les personnes atteintes de la maladie de Parkinson. Elle peut être due à des changements chimiques dans le cerveau, à des facteurs psychologiques liés à la maladie elle-même ou aux difficultés liées aux symptômes moteurs et aux ajustements de la vie quotidienne.

  2. Anxiété : les troubles anxieux, tels que les crises de panique, l'anxiété généralisée ou les phobies, peuvent accompagner la maladie de Parkinson. Ces troubles peuvent être liés à l'incertitude de l'évolution de la maladie, aux difficultés liées aux activités quotidiennes ou à l'adaptation aux symptômes moteurs.

  3. Hallucinations : certaines personnes atteintes de la maladie de Parkinson peuvent éprouver des hallucinations visuelles ou auditives. Il s'agit de perceptions sensorielles qui ne sont pas réelles et qui peuvent être troublantes ou effrayantes.

  4. Délire : le délire est un trouble de la pensée caractérisé par une confusion mentale, des idées fausses ou une désorientation temporelle et spatiale. Il peut être déclenché par des infections, des médicaments ou des changements dans l'état de santé général de la personne atteinte de la maladie de Parkinson.

  5. Troubles du sommeil : les troubles du sommeil, tels que l'insomnie, les cauchemars ou le sommeil agité, peuvent être fréquents chez les personnes atteintes de la maladie de Parkinson. Les symptômes moteurs, les changements chimiques dans le cerveau et les effets secondaires des médicaments peuvent influencer le sommeil.

Signalez tout changement de comportement à votre médecin traitant ou votre neurologue, car ces troubles peuvent être traités et gérés avec des interventions appropriées. Les médicaments, la thérapie comportementale, la thérapie cognitivo-comportementale et les ajustements du traitement de la maladie de Parkinson peuvent être utilisés pour atténuer les troubles du comportement.

Les causes de la Maladie de Parkinson



La maladie de Parkinson est une affection neurologique complexe et multifactorielle, et ses causes exactes ne sont pas entièrement comprises. Cependant, on pense que plusieurs facteurs peuvent contribuer au développement de la maladie. Voici quelques éléments qui sont considérés comme des facteurs de risque potentiels :

  1. Facteurs génétiques : des mutations génétiques rares ont été identifiées comme étant responsables de formes héréditaires de la maladie de Parkinson. Ces mutations génétiques représentent une petite proportion des cas de la maladie, généralement moins de 10 %.

  2. Facteurs environnementaux : certaines expositions environnementales peuvent augmenter le risque de développer la maladie de Parkinson. Par exemple, l'exposition à certains pesticides, produits chimiques toxiques ou métaux lourds a été associée à un risque accru de développer la maladie.

  3. Déficit de dopamine : la maladie de Parkinson est caractérisée par la dégénérescence progressive des cellules nerveuses produisant de la dopamine dans une région du cerveau appelée substance noire. Ce déficit de dopamine entraîne des problèmes de communication et de contrôle des mouvements.

  4. Inflammation et stress oxydatif : des processus inflammatoires et un stress oxydatif accru dans le cerveau ont été associés au développement de la maladie de Parkinson. Ces facteurs peuvent endommager les cellules nerveuses et contribuer à leur dégénérescence.

  5. Facteurs liés à l'âge : le risque de développer la maladie de Parkinson augmente avec l'âge. Bien que la maladie puisse se manifester à tout âge, elle est plus fréquente chez les personnes de plus de 60 ans.

Ces facteurs de risque ne garantissent pas le développement de la maladie de Parkinson, et certaines personnes peuvent développer la maladie sans présenter aucun de ces facteurs de risque connus. La recherche se poursuit pour mieux comprendre les mécanismes sous-jacents de la maladie de Parkinson et identifier d'autres facteurs de risque potentiels.


Les traitements de la maladie de Parkinson

La maladie de Parkinson est une affection chronique et progressive pour laquelle il n'existe pas de traitement curatif. Cependant, il existe plusieurs options de traitement qui visent à atténuer les symptômes et à améliorer la qualité de vie des personnes atteintes. Voici quelques-unes des approches de traitement couramment utilisées :

  1. Médicaments : Les médicaments sont souvent prescrits pour aider à contrôler les symptômes moteurs de la maladie de Parkinson, tels que les tremblements, la raideur musculaire et la lenteur des mouvements. Les médicaments dopaminergiques, tels que la lévodopa, sont les plus couramment utilisés et aident à augmenter les niveaux de dopamine dans le cerveau.

  2. Thérapie physique : La thérapie physique peut être bénéfique pour améliorer la force musculaire, la mobilité, l'équilibre et la coordination chez les personnes atteintes de la maladie de Parkinson. Des exercices spécifiques et des techniques de rééducation sont utilisés pour aider à maintenir et à améliorer la fonction physique. Par exemple la danse de cha-cha-cha qui exige de la coordination est excellent pour ralentir les troubles ela mobilité.

  3. Thérapie occupationnelle : La thérapie occupationnelle vise à aider les personnes atteintes de la maladie de Parkinson à maintenir leur indépendance et leur autonomie dans les activités quotidiennes. Cela peut inclure des stratégies pour gérer les défis liés à l'alimentation, à l'habillage, à l'hygiène personnelle et aux tâches ménagères.

  4. Orthophonie : L'orthophonie peut être utile pour traiter les problèmes de communication, tels que la voix faible, l'élocution altérée et les difficultés d'articulation, qui peuvent survenir dans la maladie de Parkinson.

  5. Chirurgie : Dans les cas graves de la maladie de Parkinson qui ne répondent pas aux traitements médicaux conventionnels, la chirurgie peut être envisagée. La stimulation cérébrale profonde (DBS) est une intervention chirurgicale couramment utilisée dans laquelle des électrodes sont implantées dans certaines régions du cerveau pour aider à réguler les mouvements anormaux.


Comments


bottom of page